L'histoire du Mouloudia d'Alger

Par Boualem TOUARIGT
Publié le 27 mai 2014
Le regretté Mouloud Djazouli
Equipe du football du Club Sportif de l'Algérois en 1917 (CSA) 1e rang de g. à dr. :  Boutaleb, Hamidouche, Illoul. 2e rang : nom inconnu, nom inconnu, Hamouda, Kezadri, Said-Said. 3e rang : nom inconnu, Belkadi, Brizen, Allel, Skendrani, Hamoutène, Bessekri, Mahmoud Bensiam, Merzak Babak, Oulid Lakehal, Amar Oulid El-Mefti. En médaillon : Bensiam Mahmoud, futur président du MCA.
Le Mouloudia, Saison-1921, Saison-1927 et Saison-1936
Dernier match disputé par le Mouloudia en période coloniale le 11 mars 1956.

Le regretté Rabah Saâdallah, disparu en 2005, nous parle de la première société sportive qui serait née à Hussein Dey à Alger en 1867 : la Société de tir d’Alger. En 1873, se constituaient à Oran une société d’aviron et le yacht-club. C’est dans cette ville que naissait en 1882 le club de gymnastique l’Oranaise. On date du 14 juillet 1895 le premier club de gymnastique algérien, l’Avant-garde. Pour cet auteur, le premier club de football en Afrique du Nord aurait été une société sportive oranaise qui vit le jour en 1897 avant de devenir en 1923 le CALO (Club athlétique liberté oranais).
Rabah Saadallah a mis en exergue une personnalité exceptionnelle qui joua un grand rôle dans l’émergence de la pratique sportive au sein des Algériens, Omar Benmahmoud, qui fut à l’origine de la création du club Avant-garde d’Alger. Professeur de gymnastique, sportif exceptionnel, plusieurs fois primé et reconnu, ce dernier fut l’animateur de cette association sportive qu’il dirigea jusqu’à son décès le 27 juillet 1931. En 1917, le club ouvrait une section d’athlétisme et une section de football sous l’impulsion d’un de ses membres, Mohamed Abdallah. Bien des enfants de familles algéroises d’alors en firent partie : Mahieddine Bachtarzi, Bonatiro, Boudrar, Si Kaddour, Kheznadji, Boudrar, Bougaci, Derriche, Dahmoune, Rebaïne, Takarli, Diffallah, Nekkoud, Siouane.
En 1917, fut créé le Club sportif algérois sur l’initiative d’un groupe d’Algérois parmi lesquels Bentami, Branki, Bensiam, Boutaleb, Brizen, Fouila, Méziani, Illoul.
Le 7 août 1921, en plein Ramadhan, Hamoud Aouf dépose les statuts du Mouloudia club algérois. L’histoire retient cette date comme celle de la création du premier club de football algérien, toujours actif. L’enregistrement des statuts du club est publié au journal officiel du 1er octobre. On évoque aussi le club de l’USMO (Union sportive musulmane oranaise) ; toujours en activité et qui fut constitué le 1er mai 1926, avec parmi les membres fondateurs Boumaza, Boumefraa et Benkoula. 
A sa naissance, le MCA choisit d’adhérer à la Fédération sportive indépendante nord-africaine (FSINA). Dans son premier conseil d’administration, on trouve Hamoud Aouf, Rachid Hafiz, Salem Korichi, Allal Saadoune, Mustapha Messaoudène, Abderrahmane Bey, Mohamed El Ghers, Sid Ali Adjouri, Youssef Alliche, Djelloul Belamri, Ahmed Djaout.  
Le MCA fut une pépinière où se retrouvèrent plusieurs jeunes sportifs algériens qui furent aussi actifs dans les différentes activités culturelles, notamment musicales et théâtrales, éducatives, de bienfaisance et politiques. Aux fêtes organisées par le Mouloudia de l’époque, on suivait des pièces de théâtre algériennes et on écoutait les chants populaires et patriotiques.
Le club est radié en 1924 pour défaut de paiement des droits d’affiliation, pendant que Hamoud Aouf était réquisitionné pour le service militaire. Le club se reconstitua avec comme membres du bureau : Ahmed Djaout, Kaddour Sator, Boularbah, Abdoun, Benouna, Boudrar, Bouhraoua, Bouzid, Ladjani, Harrizi, Kermia, Ketrandji, Maarif, Maloufi, Semmar, Midoune. Hamoud Aouf en est l’homme à tout faire : dirigeant, entraîneur, régisseur.
En 1925-1926, il est affilié à la Fédération française de football association (FFFA).Il n’eut pas de siège pendant plusieurs années. Les réunions se tenaient au domicile de la famille Skandrani dont plusieurs membres étaient au club, ou dans différents cafés algériens du centre d’Alger. Il sera accueilli pendant un temps au Cercle du progrès, propriété de l’Association des oulémas. A l’époque, les matchs se déroulaient sur un terrain vague du quartier Belfort, loué à la caserne des tirailleurs.
A la fin de la saison 1930-1931, le Mouloudia accède en première division après un mémorable match nul contre l’Olympique d’Affreville (Khemis Miliana).
En 1932, le MCA compte parmi ses joueurs Abderrahmane Farès, Ramdane Dahmoune, Omar Ksentini, Bouhamidi. En 1933, sous la présidence de Tiar, il obtient son siège à la place Mac Mahon.
Pendant l’année 1934-1935, le MCA est champion de première division. La célébration de cette accession à l’occasion de la remise des trophées fut l’occasion de festivités mémorables dans les quartiers populaires d’Alger.
Le MCA attend pendant une longue période pour se hisser à un niveau supérieur. Il accède en 1937 en division d’honneur. Il est champion de sa division en 1945 avec l’ASSE. Les autorités refusent de faire une finale pour départager les deux clubs, par crainte des débordements que cette rencontre aurait déclenchés.
Pendant les années 1940, le Mouloudia connaît une grande popularité et est en quelque sorte le point de ralliement des populations algériennes d’Alger et aussi de ses environs. Un grand nombre de commerçants et industriels algériens lui apportent un soutien financier : Abbas Turki, Benmerabet, Benchicou, Bensmaïa, Hamoud, Tiar, Mouhoub, Hamza,Benredouane, Soufi, Bouchouchi. En 1952, le MCA remporte un match que beaucoup considèrent comme historique en battant devant vingt mille spectateurs le Gallia sport d’Alger grâce à un but de Khabattou, permettant ainsi à un autre club musulman, l’USM Blida de se maintenir en division d’honneur. L’USMB gagne la semaine d’après son match contre le MCA et réussit à éviter la rétrogradation.
Au début de la guerre de libération, les rencontres du Mouloudia se déroulent pratiquement dans un climat d’émeutes qu’il devenait impossible d’arrêter. Les matchs avec l’ASSE dérapent très vite et les forces de l’ordre interviennent avec violence à chaque fois. Le MCA demande une suspension du championnat de football, annonçant son intention de mettre fin à sa participation pour éviter la répression violente des forces de l’ordre contre ses supporters. La ligue passe outre. Les clubs algériens sont solidaires du Mouloudia : l’USM Blida, l’Olympique de Saint Eugène, le Widad de Belcourt, le Nasr d’Hussein Dey, le Riadha de Kouba, l’USM Marengo, l’USM Maison Carrée, l’ESMA, la JSMA, le CCA, l’USMA. Dans le reste du pays, les clubs suivent et l’USM Bel Abbès refuse de jouer la finale de la Coupe d’Algérie contre sa rivale du SCBA. Le championnat de football redémarre à l’indépendance.

Boualem Touarigt

FIGURES HISTORIQUES
GRANDES DATES
MEMOIRE
UNE VILLE, UNE HISTOIRE
CONTRIBUTION

Syphax et la rencontre de Siga

Ain Temouchent (206) AV J.C