Une fête célébrant la naissance du Prophète Mohamed (QSSSL)
S’boue de Timimoun

Par Hassina AMROUNI
Publié le 12 fév 2019
Classé par l’Unesco, le s’boue de Timimoun fait partie du patrimoine immatériel de l’humanité depuis 2015.

Cette fête cultuelle très ancienne, célébrée chaque Mawlid Ennabaoui dans la région du Gourara, est l’occasion pour des milliers de pèlerins de converger vers Timimoun dont des membres de tribus sahariennes qui viennent
« se rencontrer », « résoudre » des conflits et « resserrer » leurs liens sociaux dans une atmosphère de « liesse » et de récitation du Coran.
Célébration du 7e jour de la naissance du prophète Mohamed (QSSSL), le s’boue a lieu le 19 de Rabie el Awal de l’année hégirienne. A ce titre, les tribus des Ouled El Hadj Belkacem et Hamou Zine donnent le coup d’envoi des festivités, en faisant des offrandes aux descendants du cheikh Sidi El Hadj Belkacem. Après l’ouverture des célébrations et l’accomplissement des prières du Dohr et d’El Asr, avec récitation de deux ahzab (sections) du Coran, la procession de pèlerins se rend au mausolée de Sidi El Hadj Belkacem où elle se recueille jusqu’au coucher du soleil. Les deux tribus reviennent à Timimoun pour accomplir la prière du Maghreb puis, entame la lecture du Coran en intégralité.
Les pèlerins assistent au cours de cette nuit à la déclamation de qçaid (poèmes) et ce, jusqu’à la fin des célébrations.
Tout au long de la semaine du s’boue (du 12e au 19e jour de Rabie Awal), un florilège de festivités est organisé (baroud, el hadra, danses traditionnelles…), plongeant la communauté dans une ambiance de liesse et de joie. Les ksour du Gourara et plus particulièrement le ksar de Timimoum font revivre ainsi et de fort belle manière, une fête traditionnelle ancestrale.
Des ziaras sont effectuées aux zaouias des saints patrons et chacune d’elle est reconnaissable à son étendard et son groupe de baroudeurs. Parmi eux, on retrouve les bannières de Sidi El Hadj Abou Mohamed du Ksar de Tabelkouza, de Ouled Said, Sidi Ahmed Ben Youcef du ksar de Massine, de Sidi Ibed Almouzdouedj d’El Djidir, de Ouled Aissa, de Sidi Yedda de la région de Msahel et de Sidi Brahim Ben Ahmed du Ksar Louadjda.
Arrivées au lieu-dit « El Djebel », les troupes folkloriques « El Baroud » offrent des spectacles exceptionnels, où se mélangent folklore et louanges à Dieu et au prophète. La procession rejoint ensuite « El Houfra », prenant auparavant le soin de faire une halte au mausolée de Cheikh El Hadj Belkacem. Arrivés à leur ultime destination, les pèlerins invoquent dans une grande ferveur religieuse Dieu et son prophète Mohamed (QSSSL).

Hassina Amrouni

Sources :
http://www.amistimimoun.org/6Publis/Timimounlamystique2.pdf
https://www.vitaminedz.com/sboue-de-timimoun/Articles_94_2700314_1_1.html
Divers articles de la presse nationale

DOSSIER

Un rôle précurseur à redécouvrir

La délégation extérieure du FLN

GUERRE DE LIBERATION
MOUVEMENT NATIONAL
FIGURES HISTORIQUES

Il était l’un des conseillers du colonel Amirouche

Il y a 60 ans, Tahar Amirouchen tombait en martyr

MEMOIRE