Joyau architectural classé patrimoine historique
L’ancien Hôtel « Oasis Rouge »

Par Hassina AMROUNI
Publié le 12 fév 2019
Véritable joyau architectural, l’hôtel « Oasis rouge » de Timimoun a été classé monument historique en janvier 2015.

Situé en plein centre-ville, cet édifice construit en terre pisée rouge dans un style berbéro-soudanais est un fleuron de l’architecture. Yasmine Terki, directrice du Centre national du patrimoine culturel bâti en terre (Capterre), installé au sein de ce même monument le décrit ainsi : « C’est un très bel ouvrage de type néo-soudanais bâti, en adobes ou briques de terre crue dont les espaces de circulation sont, entièrement, sculptés de motifs géométriques berbères zénètes, en bas-relief, témoins d’un savoir-faire ancestral de la région du Gourara (…). Depuis 2014, il est devenu la vitrine idéale du Capterre, un établissement qui a pour vocation la promotion des architectures de terre, à des fins de préservation du patrimoine architectural bâti en terre ».
Bâti entre 1912 et 1917, sous la maîtrise d’œuvre d’un officier français du génie militaire pour des besoins d’intendance militaire, l’édifice passe, en 1925, entre les mains de la compagnie générale transatlantique qui en fait un prestigieux caravansérail du Sahara, baptisé « Hôtel transatlantique de Timimoun ».
Fermé pendant une année pour réaménagement, l’hôtel « Transat » est inauguré le 15 avril 1926, une date coïncidant avec l’inauguration du circuit automobile du Grand Erg. Plusieurs personnalités seront conviées à cet événement dont son altesse royale Charlotte, grande duchesse du Luxembourg.
Rebaptisé en 1965 «Oasis rouge», l’hôtel finit par fermer ses portes en 1996. Restauré par des mains expertes, il rouvre ses portes trois ans plus tard, abritant désormais le siège du Centre de rayonnement culturel de Timimoun.
Cette nouvelle institution entièrement dédiée à la culture locale et régionale accueille jusqu’en 2003 le Festival « Cannes Junior » ainsi que le 1er rassemblement des Cultures des peuples des déserts du monde. Les associations culturelles et club de jeunes y organisent diverses manifestations au grand bonheur d’une population assoiffée de culture et d’art.
A noter que le Centre de rayonnement culturel de Timimoun offre un lieu d’exposition permanent dans une de ses plus belles salles. Il est aussi doté d’une bibliothèque, de même qu’il héberge en permanence plusieurs clubs et associations offrant aux jeunes adhérents l’occasion de s’adonner aux activités culturelles (ciné-club, informatique, environnement, dessin sur soie, musique, théâtre et chant choral).

Hassina Amrouni

Sources :
https://femmesdetimimoun.wordpress.com/2011/04/28/le-oiasis-rouge/
Quotidien d’Oran du 26/2/2017
La Tribune du 20/1/2010

 

DOSSIER

Un duo improbable

Adjel Adjoul - Mostefa Benboulaïd

GUERRE DE LIBERATION

L'héroïne oubliée

La Moudjahida condamnée à mort Mme Ghomrani Zohra dite Houria

FIGURES HISTORIQUES

Le Moudjahid Benmaouche Ali

Évocation de l’un des héros de la wilaya III historique

GRANDES DATES

Les massacres du 8 Mai 1945

Le visage horrible de la France coloniale